vendredi 6 mars 2020

Quand la parturiente dénonce l'auteur de la grossesse

Suite et fin des actes insolites trouvés dans les registres de Faulx avec aujourd'hui un acte de baptême original.

Au fil du parcours des registres de Faulx, les actes se suivaient et se ressemblaient très souvent tant sur la forme que sur la longueur des textes.
Parfois, un acte un peu plus long qu'à l'accoutumée attirait mon oeil, bien que les patronymes ne soient pas ceux que je cherchais particulièrement.

C'est le cas de l'acte suivant qui concerne le baptême le 5 février 1768 d'Anne Agathe fille naturelle de Madeleine NOUVEAU.

Baptême d'Anne Agathe enfant naturel - A768 - Faulx [1]



Anne Agathe fille naturelle de Madeleine Nouveau
veuve de Nicolas Brocard est née vers minuit et baptisée le cinq
fevrier mil sept cent soixante huit. La ditte Madeleine Nouveau
après avoir dit en presence de plusieurs temoins que Firmin Husson
domestique d'Etienne Simonin était auteur de sa grosesse
a fait sa declaration pendant les douleurs de l'enfantement
reçue par le Sr Dominique Simonin Lieutenant et Rambois
greffier du comté de Malleloy en datte du cinq fevrier par
laquelle declaration elle persiste à reconnoitre le dit Husson
autheur de sa grosesse, lequel appelé a declaré devant la
justice et en presence des temoins soussignés à la declaration
qu'il se reconnoissait autheur de la ditte grossesse, et promettoit
epouser le plutot possible la ditte Madeleine Nouveau et a
signé cet aveu et le consentement dont l'acte est conservé au
gref de ceans. L'enfant a eu pour parein Claude Husson frere du declaré
fils de deffeunt Joseph Husson et de Louise Urbain de l'annexe
de Bratte et pour mareine Anne Didier épouse d'Etienne
Simonin laboureur à Faulx St Etienne qui ont signé avec nous.


Il n'est pas rare de voir des actes de baptême d'enfants naturels. Je connais même certaines paroisses où c'était presque la norme. Parfois le père est présent, parfois il est juste nommé.


Ce que cet acte à de particulier, c'est que c'est la mère qui "dénonce" l'auteur de sa grossesse lors de son accouchement. Firmin HUSSON confirme donc être le père de l'enfant et promet de l'épouser Madeleine NOUVEAU au plus tôt. Et c'est même Claude HUSSON, frère de Firmin, qui est parrain de l'enfant.

Malheureusement, la petite Anne Agathe décède 8 jours plus tard [1]. Le père n'est ni présent ni cité sur l'acte de sépulture. Et je n'ai trouvé aucune trace d'un mariage entre Madeleine NOUVEAU et Firmin HUSSON par la suite.


Sources

[1] Registres paroissiaux de Faulx 1765 1792 5 Mi 186/R 3 vue 39
http://archivesenligne.archives.cg54.fr/ark:/33175/s0054ad10e9a9835/54aeaab995344

jeudi 5 mars 2020

Une Reine Mage à Faulx

Suite des actes particuliers trouvés dans les registres de Faulx avec aujourd'hui le baptême de Catherine Melchior PIERNOT. Oui vous avez bien lu : M.E.L.C.H.I.O.R !


Prénom déjà peu banal pour un garçon, il est ici attribué à une petite fille, dernier enfant de Joseph PIERNOT et Marguerite FERRY, mes sosa 892 et 893.


Baptême de Catherine Melchior Piernot - Faulx - 1768 [1]


Catherine Melchior fille légitime de Joseph Piernot adju=
=dicataire des bois, et de Margueritte Ferry est née le cinq janvier
de mil sept cent soixante huit a été baptisée le six du même mois. 
Elle a eu pour parein Nicolas Conte fils mineur de Jean Charles
Conte marechal et de Françoise Piernot et pour mareine Catherine
Metzelard fille mineure de Jean Batiste Metzelard l'ainé laboureur
et d'Anne Piernot qui ont signé avec nous le pere absent.

Ni le parrain ni la marraine de l'enfant ne porte le prénom de Melchior.
Quelle est donc cette fantaisie du curé ?
Le baptême ayant eu lieu le 6 janvier 1768, voulait-il fêter particulièrement le jour de l'Epiphanie, donc fête des rois mâges Gaspar, Balthazar et Melchior ?

En tous cas, lors de son décès 6 ans plus tard, c'est Catherine PIERNOT qui est inhumée, le 2nd prénom a disparu.

Reste une question : est-ce que les parent ont su un jour le nom complet de leur fille ?


Sources
[1] Registres paroissiaux de Faulx 1765 1792 5 Mi 186/R 3 vue 37
http://archivesenligne.archives.cg54.fr/ark:/33175/s0054ad10e9a9835/54aeaab994316

mercredi 4 mars 2020

Mort en se tranchant volontairement la gorge !

Grâce au mystérieux généalogiste de 1936, je suis tombé sur une mort extraordinaire dans les registres paroissiaux de Faulx.

On trouve régulièrement dans les registres paroissiaux des actes de sépulture plus longs qu'à l'accoutumée, le curé de la paroisse décrivant avec force détails les circonstances particulières ayant conduit au décès, par exemple pour une mort par noyade ou le décès d'une femme en couche.

L'acte qui suit concerne l'inhumation le 28 juin 1781 d'Antoine MASSON, mort en se tranchant volontairement la gorge.

Je vous laisse découvrir les détails par vous-même :




Inhumation d'Antoine Masson - Faulx - 1781 [1]

L'an mil sept cent quatre vingt un le vingt six juin fut
trouvé un cadavre dans une vigne au bas d'un jardin de
Faulx St Etienne lieu dit l'hopital. C'était celui d'Antoine Masson
manoeuvre fidel et Religieux dont esprit fut troublé deux ans
auparavant par un prone fait le dimanche dans l'octave de
la fete Dieu. Cet homme à qui la vie était à charge aban=
=donna à la folie de choix de son genre de mort. Dans un
accès il se l'est donné avec un rasoir par le moïen duquel il
s'est coupé le cartilage de l’œsophage, les fibres et les tendons du col,
les deux jugulaires, la trachée artere et toutes les peaux, de
sorte que nous avons vu les vertebres à decouvert (et ce que la
postérité concevra à peine) c'est qu'après ce suicide qui n'a pu etre
fait que par plusieurs mouvement et tous meurtriers, cet homme
a encore refermé son rasoir que nous avons trouvé tel et
ensanglanté. En vertu d'une sentence de Messieurs les officiers du
comté de Malleloy, attendu le cas de folie nous l'avons inhumé
au cimetiere le vingt huit du mois et an susdits en presence de
Jean Masson son frere négociant, de Dominique Fourot maçon
d'Alexis Maige charpantier deux echevins d'église tous de cette
paroisse qui ont signé avec nous.


Qualifiant cette mort d'extraordinaire en marge de l'acte, le curé de Faulx fait  une description 
très détaillée (digne d'un Harlan COBEN ou d'un Bernard MINIER) des blessures du défunt. Sans doute s'est-il inspiré du procès verbal des officiers du comté de Malleloy, à moins qu'il ne soit particulièrement informé de l'anatomie humaine.

Comme le prévoyait le curé en rédigeant l'acte, les personnes qui ont lu le récit de cette mort ont dû être bien surpris, et j'ai personnellement du mal à imaginer quelqu'un se trancher plusieurs fois la gorge puis refermer son rasoir. Est-ce qu'un accès de folie peut permettre ce genre d'acte violent et répété contre soi ? Peut-on imaginer d'autres hypothèses ?

Les autorités de l'époque ont néanmoins conclu à un suicide dû à la folie de son auteur, ce qui a permis l'inhumation en terre catholique.

Reste un dernier mystère : qu'avait bien pu dire le curé dans son prône pour qu'Antoine MASSON sombre dans la folie ?

Sources

[1] Registres paroissiaux de Faulx 1765 1792 5 Mi 186/R 3 vue 212 et 213
http://archivesenligne.archives.cg54.fr/ark:/33175/s0054ad10e9a9835/54aeaaba0de8d

mardi 3 mars 2020

Un généalogiste à Faulx en 1936 !

Lors de mes récentes recherches dans les registres de Faulx, j'ai eu la preuve que je n'étais pas seul à m'intéresser à ses anciens habitants de la paroisse, et c'est dans les registres que je l'ai trouvée.


Chaque généalogiste est bien conscient de ne pas être le premier à parcourir, physiquement ou virtuellement, les registres des paroisses ou communes où ses ancêtres ont vécu. Il en trouve habituellement la preuve sur les arbres en lignes ou dans les relevés publiés par des associations.

Pour ce qui me concerne, c'est la première fois que j'en trouve la preuve dans les registres eux-mêmes.

Cette preuve consiste en une liste des actes paroissiaux de Faulx de 1781 et 1782, dressée sur des feuilles volantes que les Mormons ont eu la bonne idée de prendre en photo lors de leur campagne de microfilmage en 1976.







Cette liste est datée du mardi 10 novembre 1936 mais elle n'est malheureusement pas signée. Qui était ce généalogiste : le mystère demeure...

Mais grâce à lui, je suis tombé sur une pépite que je vous partagerai demain.

Sources

Registres paroissiaux de Faulx 1765 1792 5 Mi 186/R 3 vue 378 à 380
http://archivesenligne.archives.cg54.fr/ark:/33175/s0054ad10e9a9835/54aeaaba9c5c8

lundi 2 mars 2020

Projets 2020 et bilan tardif du mois de janvier

Blason de Faulx
A l'heure où mes collègues généablogueurs ont terminé de dresser le bilan de leur année 2019 et présenté leurs nombreux projets pour 2020, je me décide enfin à rejoindre la mêlée pour vous parler de mes travaux généalogiques en cours.


Si 2018 et 2019 ont été des années presque blanches pour moi, depuis le jour où j'ai repris la généalogie, je ne me suis plus vraiment arrêté. Même les quelques jours passés chez mes parents à Noël a été mis à profit pour discuter avec ma mère et mon oncle des différents endroits où leur maman avait vécu pendant son enfance, et des découvertes que j'avais faites récemment sur le sujet.

Pour 2020, comme beaucoup d'entre nous, j'ai des projets plein la tête, les cartons, les dossiers Evernote et autres cahiers manuscrits sur lesquels je gribouille depuis des années, mais rien qui ne progresse réellement. J'ai donc décidé de dresser une nouvelle liste, histoire de réamorcer la pompe : après tout, si les autres listes n'ont pas avancé, c'est sans doute que mon intérêt pour les sujets n'était pas assez important.

J'ai classé mes projets selon 5 axes :
  • Mon arbre sous Heredis
    • Revenir à une source = un acte par étapes.
      J'avais fait l'expérience de l'utilisation des citations l'an dernier, mais cela ne me convient finalement pas.
    • Basculer sur Heredis 2020, que j'ai acheté il y a quelques semaines mais toujours pas installé sur mon ordinateur.
    • Décider une fois pour toute de comment j'organise mes sources et les copies d'actes correspondants, et m'y tenir...
    • Supprimer les personnes "inutiles" pour alléger mon fichier (collatéraux de collatéraux, personnes sans liens, ...) résultat d'imports de gedcoms sans filtre
    • Décider ce que je garde des données de mes cousins généalogiques
    • Faire du ménage dans mes sources et photos
  • Les recherches
    • Sujet à la mode : découvrir qui était mon Sosa 2020 et finaliser mes recherches de l'an dernier sur mon Sosa 2019
    • Faire le point sur mes recherches de 2019 et les mettre au clair
    • Voir où j'en suis de la recherche de mes ancêtres de la génération 7
    • Utiliser le fichier des décès de l'Insee pour mettre à jour les fiches des contemporains dans mon arbre
    • Rechercher les parents de Joseph PIERNOT, l'un de mes ancêtres de Faulx dont je vous ai parlé il y a quelques semaines
    • Rechercher où mon grand-père maternel a été en captivité pendant la 2nde Guerre Mondiale
    • Finir mes recherches sur les lieux où ma grand-mère maternelle a passé sa jeunesse
    • Finir d'éplucher l'ascendance PEROLINI de mon épouse à Cerano d'Intelvi, dans la province de Côme en Italie
    • Recherche l'ascendance de Messire Pierre Louis de BERMOND de PUISSERGUIER, chevalier, mon Sosa 330, cité dans son acte de mariage en 1713 à Lyon
  • Le Blog
    • Participer à nouveau au ChallengeAZ après 2 années de pause
    • Publier des articles plus régulièrement
    • Finir de regrouper l'ensemble de mes articles dans un fichier Word pour pouvoir l'imprimer
  • Le classement
    • Trier et jeter les actes papiers après les avoir numériser, comme je le suggérait déjà il y a plus de 4 ans dans mon article K comme... Kilos
    • Rapatrier sur mon ordinateur toutes mes données généalogiques éparpillées sur des clés USB
    • Remettre en place des sauvegardes correctes
  • L'association La Géniale Généalogie du 71 dont je suis encore webmaster adjoint en dilettante
    • Basculer le site de l'association en PHP7 et régler les problèmes engendrés au niveau du logiciel Expoactes
    • Activer le template Wordpress sur lequel j'ai travaillé en janvier... 2019 !

Comme je me connais depuis quelques années déjà, je sais que je vais avoir du mal à me cantonner à un projet sans papillonner. J'ai donc décidé de me focaliser sur une tâche principale pour chaque mois de l'année, tout en faisant avancer les autres projets en parallèle si l'envie me prends.

Au courant du mois de janvier, j'ai passé donc mes soirées à Faulx... virtuellement...


Faulx 08.jpg
Faulx, vue du Sud, par Musicaline — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, Lien

C'est dans ce petit village de Meurthe-et-Moselle qu'est né mon grand-père maternel Henri FOURNIER, et avant lui ses parents et la quasi-totalité de ses ancêtres sur plus de 200 ans. C'est aussi là que j'ai passé de nombreuses heures à la mairie à fouiller les registres au tout début de mon parcours de généalogiste, il y a 20 ans...

Résultat : énormément de données sur mes ancêtres mais également sur de nombreux collatéraux, du fait de mes propres recherches mais également de l'import de gedcoms provenant de Familysearch ou d'autres généalogistes avec lesquels je partage l'un ou l'autre ancêtre.

Je me retrouve donc avec beaucoup de sources génériques concernant Faulx directement, voire des sources encore plus génériques du genre "Acte de mariage à référencer" quand j'avais fait la photocopie de l'acte mais ne l'avais pas encore scanné.

Pour remédier à cela, j'ai donc entrepris de positionner une vraie source pour chacun des événements s'étant déroulé à Faulx, en récupérant les actes sur le site des Archives de Meurthe-et-Moselle.

Quoi de mieux pour essayer de trouver une règle définitive au nommage de mes sources et au classement des images correspondantes dans mon ordinateur. J'ai redécouvert au passage qu'Heredis ne dégradait plus les images mais les recopiait purement et simplement dans leur définition d'origine. Top !

Inspiré par le ChallengeAZ 2019 de Françoise du blog Feuilles d'Ardoise, j'en ai profité pour faire de l'élagage, voire de la coupe franche quand je trouvais un groupe familial sans aucun lien avec moi au beau milieu de mon arbre. Encore des reliquats d'une période où j'importais trop de choses... Erreurs de jeunesse...

J'ai également fait du ménage dans les branches me liant à mes "cousins généalogiques" : j'ai décidé de ne garder que leurs noms et ceux de leurs ascendants du XXème siècle, ce qui élimine de fait des lieux dans mon arbre qui ne concernaient qu'eux.

J'ai aussi éliminé les photos que j'avais prises moi-même sur les lecteurs de microfilms dans les années 2000, photos de piètre qualité et devenues inutiles avec l’avènement des registres en ligne. Je retrouverai facilement les actes correspondant le moment venu.

Bref, beau début de régime, ce qui ne fait jamais de mal après les fêtes.

Où j'en suis au bout d'un mois ?

Début janvier :
43 sources concernant Faulx dont 9 génériques utilisées 664 fois, 1103 ancêtres

Fin janvier :
178 sources concernant Faulx dont 5 génériques utilisées 480 fois, 1116 ancêtres

Le nombre de sources génériques a donc bien diminué, et désormais toutes les "vraies" sources concernant Faulx ne sont plus des citations mais des actes, ce qui me convient beaucoup mieux, même si cela démultiplie indéniablement le nombre de sources.
Ce temps focalisé sur les registres de Faulx m'a également permis de trouver de nouveaux événements concernant certains de mes ancêtres, mais également d'en identifier 13 nouveaux 🙂

Je suis aussi tombé sur quelques actes insolites que je partagerai dans les jours qui viennent.

Je vais arrêter là pour le moment mes recherches à Faulx, mais je suis sûr d'y revenir au cours de l'année.

Normalement, je consacrerai mon mois de février à la recherche de mon Sosa 2020, ou pas....

Ndlr : cet article devait paraître début février, mais j'ai eu un peu de mal à trouver le temps de le finaliser...

jeudi 12 décembre 2019

Le jour où j'ai repris la généalogie

Comme vous avez pu vous en rendre compte, ce blog est quasiment inactif depuis deux ans, malgré un léger sursaut au printemps dernier. Ne faisant que très peu de généalogie depuis un long moment déjà, j'ai donc peu de choses intéressantes à partager. 

Si mes recherches sont au point mort, je lis néanmoins beaucoup d'articles de mes collègues généablogeurs, et la cuvée 2019 du ChallengeAZ m'a donné quelques idées intéressantes que je pourrais appliquer dans mes propres recherches.

Mais c'est en réalité la lecture d'une news sur le site de la Revue Française de Généalogie qui m'a fait reprendre la généalogie la semaine dernière : les Archives Municipales de Nancy ont mis en ligne les registres de mariages et de décès jusqu'en 1942 !

Je suis allé immédiatement consulter le site et j'ai ainsi pu récupérer la version numérique de l'acte de mariage de mes grands-parents maternels ainsi que l'acte de décès de leur fils ainé mort-né.

En voulant les stocker temporairement dans Evernote, je suis tombé sur une vieille note intitulée "A remplir dans HEREDIS"


La note date de l'époque de la rédaction d'un article sur les implexes pour le challengeAZ de 2013 ! Je descends en effet de Anne GRANDPRE et Joseph PIERNOT par leur fille Françoise PIERNOT, et de François GRANDPRE et Toussaine METZELARD par leur fille Marie Anne GRANDPRE.

En voulant les enregistrer dans Heredis, je me suis rendu compte que mon fichier n'avait pas été modifié depuis juin 2019 ! Quand je vous dis que je ne fais pas beaucoup de généalogie...

Pour faire la mise à jour des fiches de mes ancêtres, je suis allé sur le site des archives départementales de Meurthe-et-Moselle afin de récupérer les actes correspondants.

Comme attendu, j'y ai trouvé l'acte de mariage de François GRANDPRE et Toussaine METZELARD.

Acte de mariage de François Grandpré et Toussaine Metzelard - 1730 - Faulx [1]


Il est filiatif et l'époux est effectivement indiqué comme fils de Jean GRANDPRE et Catherine DIDILLON. Joseph PIERNOT signe l'acte, ce qui semble logique puisqu'il est le beau-frère du marié.

Par contre, en consultant l'acte de mariage de Joseph PIERNOT et Anne GRANDPRE (orthographié GRAND PRAIX dans l'acte), grande déconvenue : il n'est pas filiatif 😒

Acte de mariage de Joseph Piernot et Anne Grand Praix - 1719 - Faulx [2]

D'où est-ce que j'ai sorti l'ascendance d'Anne GRANDPRE ?
Sans doute de Geneanet, où elle est indiquée à de nombreuses reprises, mais sans source pour la prouver.

Est-ce que j'avais noté quelque chose sur le blog ? Il m'arrive parfois de ne pas remettre mon arbre à jour après de recherches pour un article (je sais, ce n'est pas bien...). Non, rien de plus qu'un représentation graphique de l'implexe.

Il ne me restait qu'à reprendre les recherches, ce qui était une bonne excuse pour me plonger dans les registres paroissiaux en regardant la saison 2 de la série The Sinner du coin de l'oeil 😃

Les actes de sépulture d'Anne GRANDPRE et de Joseph PIERNOT ne donnent rien. Il en va de même pour les actes concernant leurs enfants, ou ceux du couple GRANDPRE-METZELARD. La signature de Joseph PIERNOT est présente sur de nombreux actes, mais aucun ne donne d'indication sur l'ascendance de son épouse. 

C'eût été trop facile...

C'est finalement un acte de mariage qui apporte la preuve de la filiation : celui de Nicolas NOROY avec Barbe Françoise GRANDPRE le 24/09/1765, soit plus de 45 ans après l'acte de mariage de Joseph PIERNOT et Anne GRANDPRE !!!


Acte de mariage de Nicolas Noroy et Barbe Françoise Grandprey - 1765 - Faulx [3]

Barbe Françoise est la fille des défunts François GRANDPRE et Toussaine METZELARD. Parmi les témoins se trouve Joseph PIERNOT indiqué comme oncle de la mariée. La signature ne laisse pas de place au doute : c'est bien lui. 

Je peux donc bien redonner à Anne GRANPRE ses parents, et confirmer ce que je prétendais il y a déjà 6 ans. Mon fichier Heredis est à jour et je viens d'actualiser mon arbre sur Geneanet.

L'avantage d'avoir des ancêtres qui n'ont presque pas quitté Faulx pendant 200 ans, c'est qu'en cherchant des informations sur une branche, je tombe immanquablement sur des actes concernant une autre branche.

En parcourant cette période des registres de Faulx, j'ai ainsi pu retrouver un 3ème enfant de Jean GRANDPRE et Catherine DIDILLON en la personne de Madeleine GRANDPRE. Elle figurait dans mon arbre comme 3ème épouse de Rémi CONTE, mon sosa 784, mais je n'avais pas encore consulté leur acte de mariage qui est bien filiatif pour l'épouse.

Cette recherche m'a également permis de retrouver les autres actes de mariages de Rémi CONTE ainsi que son ascendance, mais je vous en parlerai une autre fois, il faut bien garder un peu de matière pour de nouveaux articles.

Sources :
[1] Acte de Mariage de François Grandpré et Toussaine Metzelard, 26/04/1730, Site Internet des Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle (AD54), Faulx BMS 1592-1768 5Mi186/R1, vue 363
[2] Acte de Mariage de Joseph Piernot et Anne Grand Pray, 13/11/1719, AD54, Faulx BMS 1592-1768 5Mi186/R1, vue 300
[3] Acte de Mariage de Nicolas Noroy et Barbe Françoise Granprey, 24/09/1765, AD54, Faulx BMS 1765-1792 5Mi186/R3, vue 15

mercredi 22 mai 2019

Bon anniversaire Denise


Ce 21 mai, c'était l'anniversaire de Denise, notre cousine décédée il y a déjà 3 ans. Je profite de l'occasion pour lui offrir un petit cadeau posthume, pour lui montrer qu'elle est toujours dans nos pensées.




Comme je l'avais expliqué dans mon article hommage à Denise lors du challenge AZ de 2015, je n'avais jamais pu résoudre deux énigmes concernant sa généalogie
  1. Qui est le mystérieux Jean MARLIEN-MATHEY inhumé dans la tombe de ses grands-parents paternels à Esbarres ?
  2. Où est décédée sa « vraie » arrière-grand-mère Stéphanie PETIT épouse AUBURTIN ?


C'est sur deuxième cette épine que je me suis penché il y a quelques semaines.

La grand-mère de Denise, Madeleine Clémentine AUBURTIN, née en 1876 à Moivrons en Meurthe-et-Moselle, était la fille ainée de Dominique Emile AUBURTIN et de Stéphanie PETIT. Elle avait une sœur, Marie Mathilde, née 6 après elle.

Bien qu'elle ne soit pas orpheline, Madeleine Clémentine fut élevée par sa tante paternelle et homonyme, Madeleine Clémentine AUBURTIN veuve CABAILLOT, fortunée et sans enfant. La tante adopta sa nièce devenue adulte pour simplifier sa succession. Marie Madeleine conserva cependant des relations avec ses parents qui étaient bien présents lors de son mariage avec Emile CHAILLET par exemple.

Si je savais depuis longtemps que Dominique Emile AUBURTIN était décédé à Moivrons, la commune où il était né et s'était marié, je n'avais jamais trouvé le lieu de décès de son épouse Stéphanie PETIT. Denise se rappelait vaguement des coups de canne de son arrière-grand-mère sur le sol à l'étage quand elle était toute petite à Châtillon-sur-Indre à la fin des années 1920.

En août 1927, au moment du décès de son époux, Stéphanie était toujours en vie et habitait à Moivrons. La mairie de Moivrons m'avait confirmé que l'acte de décès n'apparaissaient pas dans ses registres. Rien non plus à Châtillon-sur-Indre ni à Dombasle où la famille CHAILLET avait vécu quelques années.

Ayant eu une recherche équivalente à faire pour une autre branche, les tables de successions et absences m'avaient permis de résoudre mon affaire.

Ces archives étant disponible en ligne sur le site des archives départementales de Meurthe-et-Moselle, je suis allé consulter celles concernant Moivrons.

Dans les tables de 1924 à 1939 de Moivrons, j'ai bien trouvé le décès de Dominique Emile AUBURTIN[1]. A son décès, il est propriétaire de meubles et d'immeubles, et la date d'ouverture de la succession est indiquée.

En continuant à feuilleter virtuellement le registre, j'ai fini par trouver le décès de Stéphanie PETIT[2] ! Elle est décédée le 4 septembre 1929 à Meaux, en région parisienne. Ce qui est finalement logique, puisque c'est là que sa 2nde fille Marie Mathilde habitait avec sa famille, et où je n'avais pas pensé à chercher.

Finalement cette épine n'était pas très pointue, et j'aurai pu trouver la solution bien plus tôt si j'avais mieux pris en compte l'entourage familial. Mais mieux vaut tard que jamais...


Source
[1] Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (AD54), table de successions et absences, Moivrons 1924 1939 1644 W 10 vue 4
[2] Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (AD54), table de successions et absences, Moivrons 1924 1939 1644 W 10 vue 155